1. Square Ambiorix đŸƒ

Qu’est-ce qu’un lichen? 


Vous trouverez ci-dessous l’audio ainsi que le texte de la balade !
Bonne aventure !

PS: Petite correction de l’audio, les rhizines sont reprĂ©sentĂ©es par la lettre « e » et non la lettre « d » sur le schĂ©ma.

Le problùme, c’est que nous ne savions pas de qui nous parlions lorsque nous disions “nous”

Adrienne Rich, poétesse, essayiste et théoricienne féministe américaine

J’aimerais vous amener Ă  travers un monde de questionnements, d’enchevĂȘtrements, et de liens. Un monde de mystĂšre et d’imaginaire. Un monde peu connu. À travers cette aventure et ce voyage Ă  la dĂ©couverte des lichens, j’aimerais imaginer avec vous d’autres histoires sur nous, nos perceptions, nos croyances et nos futurs. J’aimerais entrouvrir une porte vers un autre monde, un monde oĂč l’on crĂ©Ă© des espaces – comme des villes – en considĂ©rant d’autres organismes, comme les lichens. 

Les lichens (prononcĂ© L-I-K-E-N), comme nous le verrons, nous poussent Ă  ces rĂ©flexions et nous font remarquer que notre corps ne se termine pas Ă  notre peau. Les lichens nous invitent Ă  considĂ©rer de nouveaux comportements et de nouvelles sensibilitĂ©s.

Je vous propose de me suivre pour quelques heures de dĂ©couverte d’un organisme et d’une autre façon de vivre et de sentir le monde. Pour cela, je vous demande d’écouter, de percevoir, d’ouvrir vos sens.

Imaginez des hyphes de champignons. 🍄 

Crédit: Mycelium de Kirill Ignatyev sur Flickr, CC BY-NA 2.0

Ces longs filaments blancs terreux qui forment la structure des champignons et qui, de maniĂšre dĂ©centralisĂ©e et anarchique, forment le mycĂ©lium. Le mycĂ©lium n’est pas quelque chose mais un processus. VidĂ©o incroyable des mouvements dans les hyphes ici. L’eau et les nutriments circulent Ă  travers les rĂ©seaux des mycĂ©liums qui peuvent ĂȘtre stimulĂ©s de maniĂšre Ă©lectrique. Certains champignons conduisent donc de l’électricitĂ© le long de leurs hyphes, similairement aux impulsions des cellules nerveuses chez les animaux.

MalgrĂ© leur dĂ©licatesse, les hyphes ont une force incroyable; elles poussent la terre, mais aussi parfois le ciment (comme Coprinus comatus). Imaginez ces hyphes dans la terre, sous vos pieds, dans cet Ă©cosystĂšme bouillonnant, entourant les racines des plantes. En effet, les racines des arbres dĂ©pendent de ces mycĂ©liums pour leur apport de nutriments. Je vous propose de regarder cette vidĂ©o de Merlin Sheldrake qui est une analyse laser d’une relation entre les hyphes d’un champignon et une plante. Les hyphes forment la structure du champignon que nous mangeons. Et … d’aprĂšs des estimations, si vous prenez un bout de mycĂ©lium trouvĂ© dans une cuillĂšre Ă  cafĂ© de terre et l’étendez de tout son long, celui-ci pourrait avoir une longueur de quelques centaines de mĂštres Ă  des kilomĂštres. 

Maintenant imaginez un Ă©change entre les hyphes des champignons et des algues. Pas les algues que vous pouvez voir sur la plage, mais de petites cellules.

CrĂ©dit: Relation entre algue et hyphe de champignon. Photo apparue dans un article de l’universitĂ© du Michigan ici.

Dans le lichen, les hyphes ne sont donc pas seules, elles sont emmĂȘlĂ©es dans et avec des cellules d’algues ou de cyanobactĂ©ries. Ces structures photosynthĂ©tiques – les algues et les cyanobactĂ©ries – utilisent l’énergie du soleil ainsi que du dioxyde de carbone (CO2) pour prendre de l’énergie. Cette coopĂ©ration entre les formes photosynthĂ©tiques et les formes de champignons forme le lichen. Cette relation permet aux deux organismes de vivre dans des endroits oĂč ils n’auraient pu vivre seuls.  

Les lichens sont des mondes, ils sont des Ă©cosystĂšmes. Ils sont habitĂ©s par des centaines voire des milliers d’autres espĂšces dont des champignons et une myriade de bactĂ©ries (Pingle, 2017).

Comment donc dĂ©finir ces organismes qui forment un assemblage de plusieurs espĂšces, qui ne sont pas « un » mais qui le sont en mĂȘme temps. OĂč est la limite du lichen ? 
Qu’est-ce que le lichen ?

Un lichen est un organisme symbiotique, cela veut dire qu’il est une relation intime entre des espĂšces diffĂ©rentes oĂč un organisme est considĂ©rĂ© comme l’hĂŽte et l’autre comme le symbiote. La symbiose est un spectre qui contient plusieurs sortes de relations entre organismes vivants dont d’un cĂŽtĂ© le mutualisme et de l’autre le parasitisme.

Le mutualisme est une relation oĂč les deux organismes tirent profit de l’association. Par exemple, les humains dĂ©pendent de leur microbiome – qui est la communautĂ© de microbes et leurs matĂ©riels gĂ©nĂ©tiques – pour digĂ©rer la nourriture. Certaines recherches montrent aussi que le microbiome contenu dans nos intestins peut affecter notre systĂšme immunitaire et nos humeurs. Les microbes, quant Ă  eux, grĂące Ă  la relation, vivent dans un environnement oĂč ils ont accĂšs Ă  de la nourriture et sont protĂ©gĂ©s. Les deux organismes (humain et microbe) bĂ©nĂ©ficient de cette relation.

Dans une relation parasitique, un organisme bĂ©nĂ©ficie de la relation tandis que l’autre organisme y perd. Le virus SARS-CoV-2 est un parasite pour les humains et gĂ©nĂšre une maladie que nous connaissons tous maintenant, le coronavirus. Le virus, quant Ă  lui, trouve un environnement confortable chez l’humain oĂč il peut se reproduire.

Bon revenons à nos lichens
.

Un lichen est une association mutualiste qui est stable et perdure dans le temps entre des champignons et une algue ou une cyanobactérie.

Les cyanobactĂ©ries ressemblent aux algues mais sont en fait des bactĂ©ries unicellulaires ou coloniales (voir photo Ă  droite).

Crédit: Cyanobactérie de James Golden, Université de San Diego Californie accédé en Flickr, CC BY-NA-SA 2.0

Coupe transversale du thalle d’un lichen de Nefornus sur WikimĂ©dia. CC BY-SA 4.0

Comme vous pouvez le voir sur le schĂ©ma ci-dessus, les cellules d’algue sont emmĂȘlĂ©es dans les hyphes des champignons (partie b). Le schĂ©ma reprĂ©sente une coupe transversale du thalle. Le thalle est la surface visible du lichen et consiste en plusieurs couches de cellules (de diffĂ©rents organismes). C’est un mot que je vous suggĂšre de retenir, car il est indispensable pour nommer le lichen.

Les parties supĂ©rieures et infĂ©rieures du schĂ©ma reprĂ©sentent les cortex (a, cortex supĂ©rieur et d, cortex infĂ©rieur) qui protĂšgent les lichens des intempĂ©ries provenant de leur environnement. Ce sont des structures principalement formĂ©es de tissus fongiques (de champignons). En bas du cortex supĂ©rieur se trouve la couche d’algues  ou de cyanobactĂ©ries lorsque ce sont celles-ci qui sont en symbiose avec les champignons (reprĂ©sentĂ©es par les cercles verts dans la partie b). Ensuite vient la mĂ©dulle, c’est la couche d’hyphes des champignons (partie c sur le schĂ©ma). La partie e reprĂ©sente les rhizines qui sont les attaches des lichens pour se fixer Ă  la surface sur laquelle ils sont.  

À l’Ɠil nu, nous ne pouvons voir que le thalle ainsi que le cortex infĂ©rieur et supĂ©rieur. Si vous avez accĂšs Ă  un microscope, je vous conseille de prendre un bout de thalle et de le couper en deux. Vous pourrez alors voir la couche de vert, les algues, ainsi que la mĂ©dulle de couleur blanche. 

Maintenant que nous connaissons l’anatomie du lichen, passons Ă  leurs fonctions !

Les algues sont des organismes photosynthĂ©tiques. Cela veut dire qu’elles capturent l’énergie du soleil et la transforment en glucides, c’est-Ă -dire des sucres qui leur apportent de l’énergie, Ă  partir d’eau et de dioxyde de carbone (CO2) provenant de l’air. Ces sucres sont en partie absorbĂ©s par les cellules fongiques. 

Les algues sont nommĂ©es les photobiontes. Ces photobiontes peuvent ĂȘtre soit une algue, soit une cyanobactĂ©rie. Ces deux formes peuvent vivre sans ĂȘtre associĂ©es aux champignons, mais leur association symbiotique avec le champignon les change de maniĂšre radicale (structurellement et morphologiquement). 

Notes : Les organismes photosynthĂ©tiques sont autotrophes – ils produisent leur propre source d’Ă©nergie. Nous, humains, recevons notre Ă©nergie de la nourriture que nous mangeons, car nous ne pouvons pas faire la photosynthĂšse – nous sommes hĂ©tĂ©rotrophes.

De son cĂŽtĂ©, le champignon fournit un environnement protĂ©gĂ© et rassemble l’humiditĂ©, ce qui empĂȘche les cellules d’algue de sĂ©cher et leur fournit des nutriments. Les lichens sont toujours nommĂ©s d’aprĂšs le champignon dominant. Cela deviendra important quand nous commencerons Ă  apprendre les noms des lichens. 

Note: Normalement, ce sont les plantes qui sont photosynthĂ©tiques. Toutefois, quelques animaux produisent leur Ă©nergie grĂące Ă  l’énergie Ă©mise par le soleil. Avez-vous dĂ©jĂ  entendu parler de Elysia chlorotica ? Cette limace des mers se trouve sur la cĂŽte est des États-Unis et a la capacitĂ© de sĂ©questrer un chloroplaste – l’organite oĂč se passe le processus de photosynthĂšse – provenant de sa proie, une algue. Cette symbiose non-permanente permet Ă  la limace des mers de survivre jusqu’à 12 mois grĂące Ă  l’apport Ă©nergĂ©tique que l’algue fournit par photosynthĂšse.

CrĂ©dit: Elysia chlorotica de Patrick Krug sur Flickr, CC BY 2.0

ActivitĂ© đŸŒž

Sur l’arbre en face de vous, pouvez-vous diffĂ©rencier les lichens des mousses ? Regardez les photos ci-dessous pour vous aider. Les organismes verts et duveteux sont les mousses. 

C’est assez courant de confondre ces deux organismes malgrĂ© le fait qu’ils soient complĂštement diffĂ©rents. Une mousse est une plante, complĂštement photosynthĂ©tique. Comme nous l’avons dit, un lichen est une symbiose et est plus un champignon qu’une plante. En effet, un lichen est composĂ© de 95% de champignon et le reste d’algue.

Les formes des lichens sont trĂšs variĂ©es. 
Peux-tu déjà différencier différentes formes morphologiques? Différentes couleurs?

Si tu es dĂ©jĂ  plus averti(e), tu peux regarder la clĂ© d’identification accessible ici et essayer d’identifier les diffĂ©rentes espĂšces. 

Quelques références

Le contenu de cette balade est trĂšs inspirĂ© du livre de Merlin Sheldrake: 

Sheldrake, M. (2020). Entangled life: how fungi make our worlds, change our minds & shape our futures. Random House.

Vous pouvez aussi retrouver des vidĂ©os incroyables sur les champignons sur son compte Youtube ici

Pringle, A. (2017). Establishing new worlds: the lichens of Petersham. Arts of Living on a Damaged Planet.

C’est la fin de cette premiĂšre halte, nous nous retrouvons Ă  la prochaine halte – en face du numĂ©ro 57 Avenue Michel-Ange. La localisation exacte peut ĂȘtre trouvĂ©e sur la carte ci-dessous ! đŸ‘‡đŸŸđŸ‘‡đŸŸ

Si tu ne continues pas la balade, peux-tu nous donner ton avis sur ton expĂ©rience ici ? Ça nous permettra de nous amĂ©liorer !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

%d blogueurs aiment cette page :