8. Parc Royal

L’identification des lichens 


Vous trouverez ci-dessous l’audio ainsi que le texte de la promenade ! 
Bonne aventure !

Pour identifier les lichens, il y a deux critères qui sont importants.

  • Les formes du lichen (foliacés, crustacés, fruticuleux, lépreux, voir partie 1)
  • Les méthodes de reproduction (voir partie 7)

D’autres détails sont importants comme la couleur de la surface inférieure du lichen, le type de rhizines (qui sont les attaches qui permettent au lichen de se tenir sur la surface). Les rhizines peuvent être simples ou doubles (entre autres).  

Ce qui est intéressant sur cet arbre, c’est qu’il est rempli d’un lichen foliacé que nous avons déjà vu quelques fois. Te rappelles-tu de son nom ?

C’est Xanthoria parietina.

Si tu regardes sur la roche derrière l’arbre tu pourras voir la même espèce accompagnée de bien d’autres. Sur la partie supérieure du mur, il y a un panel de lichens crustacés. Regarde les photos plus bas dans cet article pour t’aider à les reconnaître ! 

Qu’est-ce qu’une clé de détermination?

C’est un outil qui permet d’identifier une espèce vivante (animale ou végétale). Cette clé (document) contient une série de questions qui te permettent, à partir de traits morphologiques observables, de trouver le nom de l’organisme que tu as devant toi.

Qu’est-ce que la taxonomie ? Comment nomme-t-on une espèce ? 

La taxonomie est un moyen utilisé pour nommer les espèces et les reconnaître. C’est comme le prénom et le nom de famille pour les humains. Le nom de famille indique la plus grande famille à laquelle tu appartiens et le prénom représente ton individualité dans cette famille.

Rappelle-toi des espèces que nous avons vues : Xanthoria parietina, Physcia adscendens, Physconia grisea, Candelariella aurella. En général, la première partie du nom est le genre (comme le nom de famille), indiquant la famille à laquelle appartient l’individu étudié. Ensuite, parietina, la seconde partie du mot indique l’espèce… C’est plus unique – comme ton prénom.

Avant 1753 (au début du 18ᵉ siècle), on différenciait les plantes à partir d’une description. Pour les humains ça reviendrait à dire, par exemple, « la personne avec un nez pointu ».

Quel est le problème avec ce genre de description ?

C’est trop long et compliqué à utiliser dans la vie de tous les jours.

En 1753, Linnaeus commença à utiliser les noms (latins) pour différencier les plantes… Ce qui est beaucoup plus facile. Il y a plusieurs rangs taxonomiques, qui sont des classifications allant de familles plus larges au plus précis (le nom de l’espèce).

Voici un exemple des différents rangs du vivant :

Règne > Division/Phylum/Embranchement > Classe > Ordre > Famille > Genre > Espèce

Rangs de classification utilisés en taxonomie. Crédit: Hiérarchie taxonomique du vivant de Dosto sur Wikimédia CC BY-SA 3.0

Par exemple pour Xanthoria parietina, sa taxonomie serait : 

Champignon > Ascomycète > Lecanoromycètes > Teloschistales > Teloschistaceae > Xanthoria > parietina

Comme vous pouvez le voir, ce sont principalement des mots latins. Vos cours de “langues mortes” servent en fait pas mal (pour les lichens).

Maintenant que vous connaissez quelques espèces communes dans l’écosystème urbain, vous pourrez les identifier lorsque vous marcherez dans la rue ! Quel plaisir, saluer d’autres organismes

Activité

Le tronc est rempli de Xanthoria parietina que nous avons déjà vus plus tôt. Quelques-unes des apothécies n’ont pas l’air en bonne santé…

Entre les Xanthoria parietina, tu trouveras quelques espèces différentes comme un spécimen du genre Physcia, les macules – qui sont les endroits de couleurs plus blanches sur le thalle – sont assez claires sur les photos ci-dessous. Tu trouveras aussi Lecidella elaechroma (deuxième photo). Ce lichen est du type crustacé et a des apothécies noires sur un thalle blanc presque transparent. Il est assez petit, ouvre l’œil! 

Si tu regardes sur le muret derrière l’arbre, tu pourras voir des Xanthoria parietina mais sur de la roche. 

Au-dessus du muret, il y a aussi plein d’espèces différentes du type crustacé. Le lichen blanc avec les points noirs au milieu de son thalle est Pertusaria perfusa. Ce point noir est l’apothécie. Le thalle est de couleur gris blanchâtre à verdâtre. Ce lichen est régulièrement trouvé sur les mémoriaux, les roches siliceuses et les murs. 

Ressources 

Pour une clé de détermination simple, je vous conseille ce lien PDF ou celui de Lichen GO. Ces deux clés de détermination présentent les lichens communs en ville de manière schématique. Grâce à cette balade, vous avez été introduits à pratiquement tous les termes. 

Pour une clé de détermination simple, je vous conseille ce lien PDF ou celui de Lichen GO. Ces deux clés de détermination présentent les lichens communs en ville de manière schématique. Grâce à cette balade, vous avez été introduits à pratiquement tous les termes. 

Enfin pour plus de détails sur les lichens en Belgique, je vous conseille la clé de détermination des macrolichens de Belgique, du Luxembourg et du Nord de la France, accessible en ligne ici

À tout de suite à la Place du Sablon ! 👇🏼👇🏼

Si tu ne continues pas la balade, peux-tu nous donner ton avis sur ton expérience ici ? Ça nous permettra de nous améliorer !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :